Un projet

Geneviève PezeuEn s’adressant aux acteurs et actrices de l’accompagnement social et professionnel de jeunes primo-arrivant-e-s, le projet « Jeunes et Citoyenneté » vise à favoriser, à travers une meilleure appropriation des valeurs démocratiques, des droits et des devoirs qui en découlent, l’accès de ces jeunes à la citoyenneté.

La sensibilisation au « cadre républicain » permet aux professionnel-le-s de mieux définir leur positionnement et d’affiner leurs gestes professionnels au regard de ce cadre de valeurs, ainsi que de se saisir des valeurs de la République constituant le « cadre républicain » comme condition nécessaire à l’intégration sociale et professionnelle du public qu’elles et ils accompagnent. Les jeunes primo-arrivant-e-s ont aussi bénéficié de cette formation-action.

La citoyenneté est, depuis plusieurs dizaines d’années, au cœur des préoccupations des politiques de la ville, de l’éducation (que l’Education Nationale traduit par le « vivre-ensemble »), et du monde associatif. Ce concept s’est vu attribuer des qualificatifs au fil des années, tant il est nécessaire pour tou-te-s, politiques comme acteurs de la vie associative, de mieux cerner cette idée pourtant déjà millénaire. Ainsi parle-t-on de citoyenneté juridique, citoyenneté sociale, citoyenneté active, citoyenneté participative et plus récemment d’écocitoyenneté.

En faisant vivre des projets comme « Jeunes et Citoyenneté », l’ADRIC veut apporter sa pierre à la réflexion autour des concepts de « citoyenneté sociale » et de « citoyenneté active« . Ainsi, en 2012-2013, l’ADRIC a proposé un contenu donnant corps à la citoyenneté sociale et active : un ensemble de démarches pédagogiques et d’apports plus théoriques qui permettent aux professionnel-le-s comme aux jeunes en formation de co-construire des attributs de ces concepts complexes et de pouvoir réfléchir à leur propre rapport à ces citoyennetés.

Les structures partenaires du projet ont été : la Direction de la Jeunesse et la Mission Droits des Femmes de la Mairie de Saint-Denis (93), l’ADSEA (77), l’Association Aide au Choix de Vie et la Fondation Jeunesse Feu Vert (75).

Le projet a été soutenu par le Fonds européen d’intégration (FEI), la Région Ile-de-France et la Mairie de Paris.

dans les archives